Le protocole

Position allongée sur un plan consistant, genoux fléchis, pieds légèrement écartés, tête reposant sur un coussin.
- Le Souffleur est un régulateur du débit expiratoire. Pour commencer l’exercice, utiliser le Souffleur comme il est proposé avec quatre orifices ouverts.

- Souffler  dans le Souffleur durant 5 secondes. Si le souffle semble  ne pas pouvoir durer 5 secondes, déplacer le bague du Souffleur pour n’ouvrir que trois orifices.

- L’expiration doit être active et régulière dans le Souffleur et effectuée impérativement sans inspiration préalable. L’inspiration ( par le nez) doit s’effectuer en fin d’expiration .

- Si le thorax est rigide et qu’il ne parvient pas à s’abaisser lors du souffle, ce qui  va  être un obstacle à la remontée du  diaphragme, positionner un sac de compression thoracique  Flowbag sur le thorax avant de souffler. Si  le poids  est encore insuffisant pour assister le souffle, superposer  un second  Flowbag.

- Il faut déjà déjà débloquer le thorax et avoir une bonne synergie entre l'abdomen et le thorax avec un souffle régulier et homogène avant d'utiliser la stimulation qui passe donc en seconde intention.

- Régler l’intensité sur 5 mA pour commencer  et  reprendre la succession  de souffles dans le Souffleur en augmentant  progressivement l’intensité  jusqu’à ce que vous perceviez d’abord des sensations de picotements, de fourmillements puis une sensation  de pincement et de traction  du sternum et des côtes vers le bas, assistant la contraction des abdominaux. 

- Une fois déterminée la valeur de l’intensité du courant qui doit rester supportable  et confortable tout en étant efficace, conserver un souffle régulier sans heurt et sans apnée en fin  de souffle et effectuer 5 à 6 séries de 4 souffles pour la première séance.

- C’est plus la qualité qui importe que la quantité de souffles effectués. Ce rythme de 5 à 6 séries de 4 souffles est à conserver durant la première semaine, pour parvenir progressivement au protocole à respecter ensuite de 8 séries de 5 souffles.

- Basculer modérément le bassin  lorsque le led vert s’allume. 

- Dans le cas où l’abdomen  se contracte  excessivement et qu’il durcit  lors du souffle  (hypertonicité abdominale), positionner une main « surveillante » avec les doigts en crochet pour surveiller l’absence de durcissement de l’abdomen  pendant la pratique.   Chercher le moyen d’éviter ce durcissement (changement de  calibre du  Souffleur, souffle un peu plus rapide la première seconde, élévation plus tôt du bassin, voire bascule élévation du bassin plus accentuée…).
 
Position sur une assise spéciale intitulée Pelviflow, dos légèrement arrondi et relâché, genoux serrés et pieds légèrement écartés.
- C’est lors des premiers exercices en position assise que l’on détermine la hauteur du siège correspondant à la nécessité de permettre la participation des muscles fessiers en fin de souffle. Pour rappel, la contraction des fessiers doit être associée à celle des abdominaux pendant le souffle  car ils sont rétroverseurs et  facilitent  non seulement l’accompagnement de la fin du  souffle mais également la mise en action d’un réflexe  qui calme la vessie et le rectum (réflexe n°III de Mahony)

- La valeur du courant peut être modifiée par rapport à la position allongée, car l’abdomen étant en position plus raccourcie, le courant peut sembler plus fort.

- Effectuer seulement 2 séries de 4 souffles la première semaine pour privilégier la qualité avant d’effectuer ce qui est préconisé c’est-à-dire 3 séries de 4 souffles.
Merci de patienter quelques instants