Préparation physique à l’accouchement

Le pré-partum : 3 mois pour vous préparer : 

Le dernier trimestre correspond à correspond à trois mois de profondes modifications pour le bébé mais surtout pour la future maman dont le corps subit des transformations importantes : sensation de pesanteur, douleurs, inconfort…
C’est lorsque vous commencez à vous plaindre de ces gènes, que vont s’élaborer les bases des excercices qui vont non seulement améliorer votre bien être physique pendant ces derniers mois de grossesse mais également vous préparer à accoucher dans les meilleures conditions.
 
L’objectif est de garantir une grossesse confortable
pour préparer efficacement l'accouchement.
 
Il ne suffit pas de savoir respirer, d’avoir pratiqué des assouplissements, d’avoir travaillé sa relaxation ou d’avoir fait de la gymnastique en piscine. Tel un sportif qui se prépare à son activité d’effort : échauffement, relaxation, musculation, entraînement, mise en situation, la femme enceinte qui voit son corps se modifier doit entretenir sa musculature et la préparer à un effort expulsif de qualité.
 
La méthode permet une préparation physique
mais qui coordonne la respiration, la relaxation, la protection, la souplesse,
 l’entretien musculaire sans oublier le mental,
 aspect psychologique de l’événement en préparation.
 
Cette méthode de base est appliquée selon un protocole qui respecte votre disponibilité, votre fatigue, votre forme physique...
 
Protocole : 2 à 3 fois par jour
Position allongée : 4 fois 4 souffles  
Position assise haute : 2 fois 4 souffles 


L’appareil de contrôle (sur lequel vous pourrez lire l’évolution de votre souffle) doit être utilisé sans stimulation durant la grossesse. Après votre accouchement, quand vous pourrez recourir à cette stimulation neuromusculaire, c’est ce même appareil qui déclenchera les impulsions électriques stimulantes grâce au souffle.
 
Rappelez-vous que cette prise en charge physique appuyée sur le souffle vital ne comporte aucun risque et doit-être poursuivie jusqu’à votre terme.
 
 
Le per-partum : 
Poussée expiratoire avec le Souffleur pour assister une mise au monde par voie naturelle et par césarienne.

Phase de dilatation : Dès les premières contractions utérines correspondant au « démarrage » de l’accouchement, la patiente peut commencer à souffler dans le Souffleur (à domicile ou à la Marternité) dans la position du Souffleur réglé sur  2 orifices ouverts.
Inspirer amplement en commençant par l'abdomen dès le début des contractions puis souffler dans le Souffleur tout le temps que durent les contractions. La durée de la poussée est liée à la compétence abdominale. A la fin de chaque contraction, la patiente doit respirer calmement en attendant l’arrivée des prochaines contractions.
 
Phase d’expulsion : La phase dite d’expulsion est en règle générale déterminée par une ouverture du col à dix centimètres. Les contractions de l’utérus durent plus longtemps et c’est à ce moment qu’il faut changer le calibre du Souffleur et prendre le calibre le plus petit (1 irifice ouvert). Le fait d’être en position semi-arrondie (rapprochement thorax-bassin) permet une meilleure orientation des poussées.
 
Attention : La notion de poussée n’est pas compatible avec la notion de blocage qui ne doit être utilisé que lorsque le bébé ne parvient pas à franchir un passage difficile.
 
 
Commencez toujours par une grande inspiration
Soufflez dans le Souffleur durant toute la durée des contractions
Reprenez une grande inspiration après avoir soufflé
Quand vous soufflez dans le Souffleur, vous ralentissez la remontée du diaphragme pour faciliter les poussées vers le bas
Quand vous inspirez amplement, le diaphragme descend et participe également à la poussée vers le bas
Le souffle dans le Souffleur améliore non seulement la poussée mais facilite l'ouverture du col. Les poussées expiratoires sont effectuées judqu'à la sortie complète du bébé.




Toujours le même moment d'émotion
L’accouchement moderne par césarienne avec la méthode Guillarme ne diffère pas des efforts de poussées sur l’expir dans le Souffleur, si ce n’est que les poussées sont dirigées vers l’abdomen et non vers le périnée.
La méthode Guillarme permet une participation active de la mère et permet de diminuer le recours à l’expression abdominale classique utilisée en césarienne (appui vigoureux de la main de l’accoucheur sur le haut du ventre de la patiente pour pousser le bébé vers l’extérieur) et facilite ainsi l’expulsion du fœtus en douceur.
 
Le Dr Vélémir, chirurgien gynécologue obstétricien à Nice, propose aux mamans une césarienne extra-périnéale associée au souffle dans le Souffleur Guillarme. 

La césarienne est dite « bienveillante ». 
 
Plus d’information, cliquer ici.
Le post-partum : 
 
1. Commencez par récupérer votre abdomen avec des abdominaux protecteurs du périnée. 
 
Vous devez reprendre immédiatement votre rééducation après votre accouchement pour redonner rapidement du tonus à votre abdomen, tout en protégeant votre périnée, avec bien-sûr des séries de souffles adaptées les premiers jours.
Commencez la méthode avec 3 orifices ouverts sur le Souffleur puis 4 orifices.
 
Protocole :
Position allongée : 7 fois 4 souffles  
Position assise haute : 3 fois 4 souffles
 

L’allaitement n’est pas une contre-indication à la méthode.
 
2. Eveillez, stimulez et récupérez votre périnée : 

La rééducation prérinéale s’effectue en position allongée, genoux fléchis et légèrement écartés. L’electrode périnéale cutanée doit-être positionnsée comme sur l’image si dessous :
 La rééducation périnéale est faite pour découvrir son périnée et le tonifier.
 
Soufflez en vous concentrant sur votre sphincter anal qui doit se contracter puis faites remonter ce sphincter en cours de souffle. Vous ne devez pas faire intervenir d’autres muscles pendant cette rééducation ciblée (ni les adducteurs, ni les ischio-jambiers, ni les fessiers).
 




5 séries de 4 souffles par jour
La rééducation périnéale spécifique peut s'effectuer également manuellement ou avec sonde endo-cavitaire. Dans tout les cas la rééducation périnéale doit être effectuée en seconde intention et chaque excercice effectué accompagné par le souffle dans le Souffleur.

Dès l’acquisition d’une compétence périnéale efficace et bien ressentie, la réeducation périnéale spécifique pourra être interrompue. 

Par contre la pratique de la méthode abdominale et respiratoire est poursuivie selon un rythme qui répond aux besoins de chacune.

Progressivement, en fonction de l’amélioration de votre Souffle dans le souffleur et de la sensation d’améliorations multiples ressenties ( transit, capacité respiratoire, tonus musculaire, esthétique, sécurité urinaire, bien-être...), vous pouvez songer à reprendre vos activités sportives.
Merci de patienter quelques instants